YES we did it!!!

I can’t believe we did it! What an amazing weekend, what an experience!!! It was like to be on an emotional roll coaster during 2 days. I am so proud of my team, the girls fought like lions and the staff did a great job helping the players the best they could. We were a team, we were ONE and you could see it on the court.

During the all week, the girls practiced hard and prepared themselves to battle against strong opponents. We were not favorite in the tie but we had nothing to loose. On Thursday, we had our official dinner where both teams get introduced for the first time. Riverwoods is our new sponsor and we received amazing clothes. Made in Belgium and dressed to impressed !!! This was also the time for speeches, exchange of presents but also the moment for rookie speeches. It’s a tradition within the team; each new member has to say something during the official dinner but this time we were 5 to say something. Dieter, Laurence, Elise, Maryna and myself were new so we had to say something. As Captain I was the first to talk to everybody but I had a good introduction thanks to Ilie Nastase. A few minutes before, He told me he would never get married with me because I was not half of his age so I used this as my introduction to break the ice. But we, Ilie and me, got along very well until the matches started. We got divorced a few times during the matches but finally we did shake hands…

On Friday, we had the official draw ceremony at the hotel. Both teams were introduced to the press but the most important, we would finally know who had to play on the first day and who would play first. It was a big surprised for us all that the Romanian team didn’t choose their first player on Saturday. A tactic that finally didn’t work out thanks to the great fight of Kirsten and Yanina on Saturday. ceremonie-vrijdag

On Saturday and Sunday, the girls gave all they had and were fighting like they would die on the court. The fighting spirit and the fantastic atmosphere within the team made the difference at the end. They gave everything and they deserved to win. After that, it was time to celebrate but also time for the players to do what they wanted if we won: Put some make up on the 2 only men within the team… I am wondering what’s gonna happen next time we win 😉

team-belgium

See you all next time in Russia…But now, time for me to enjoy and most of all to recover for the next time 🙂

Publicités

Fed Cup :work hard, play hard, have fun

We arrived saved and well in Bucarest where we stay for a week in total for our Fed Cup competition. We had a first practice to get a first impression of the surface and also of the stadium. It’s a nice and compact with seats in velor, something that you don’t see much these days… But what you defiantly don’t see anywhere is someone removing the hair of the tennis balls on the ground with a net. We are staying in a beautiful hotel, a bit old fashioned but classy and the food is perfect. The people from the organization are very nice and one of them is a tennis player from my generation. It’s nice to be back again and meet people I haven’t seen for a long time.

roumanie-1

Today, we had our press conference with a lot of journalists but no one for Belgium. We just had 3 questions to answer and that was it. Not a very long press conference for the first time as captain, so we decided to bring some fun in this serious part with a crazy picture.

foto-fun

Tomorrow, we gonna have some more practice with the team. The girls are working very hard to get ready for the weekend. It’s gonna be a difficult meeting but I am very confident the way they play. We may not be favorite on paper, we have nothing to loose and the most important we are extremely motivated to win this meeting. Fingers crossed and most important nothing is impossible!

lunch-fed-cup

On Thursday, we have the traditional official dinner where both teams are introduced, the presidents make their official speeches but also the captains of each team. It means that I will have for the first time as captain the honor to speech in front of everybody. In Belgium, we have also a tradition. Each new member in the team has to speech and this time the Belgian team has 5 new members = 5 speeches. Hopefully, it won’t last forever ;-). Official dinner means also official dinner clothes. Our team is proud to have as official sponsor Riverwoods and we have received gorgeous clothes for this meeting. I can’t wait to share this with you in my next blog.

conf-de-presse

Next update: official draw ceremony on Friday.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Fed Cup 2017: Here we go

This is it! The moment I expected the most since a few months. I am back on track but this time as Fed Cup captain. I am so proud to become the new captain and being able to live again this amazing competition. I just loved so much to play for my country and Fed Cup was always an objective every season I played. It’s like a dream come true…

 

This Saturday we had our first practice with the team. Unfortunately, Elise had some problem at her leg and we didn’t want to take any risk before leaving to Romania. An-Sophie came instead so we could play some double and have already an idea which team could be a good choice. Double can be underestimate but can make the difference to win or loose the competition. The atmosphere was good, the players were relaxed and motivated for this new Fed Cup meeting.

First time together means also new members. Laurence Courtois becomes the new technical and my right arm; Dieter Calle, the stringer is joining our team also for the first time. Dieter is also in the Davis Cup team for many years and the girls asked to have him as well in the team. Elise and Maryna are playing for the first time in Fed Cup so we can really talk about a new team with a twist of experienced players such as Yanina and Kirsten.

New team and new outfit!!! Thanks to Kirsten, we received some pretty clothes from her new collection « Deux belges » cool outfit and very feminine which changes a lot compare to the one I used to wear in the past. The Belgian Fed Cup team will be for sure the coolest one on court :-). But not only on court because Riverwoods became our new sponsor for our official dinner and we will all look very classy. I will post more pictures in a few days when we will have our official dinner with the team.

Tomorrow we are flying form Charleroi to Bucharest and we will have our first practice on site in the afternoon. I keep you posted and will post more news on my blog during the week. I really hope we can reach the same results as the men from the Davis Cup team. I am sure all players are extremely motivated and willing to create sensation!!! Cheers

Photo blog

Yes we did it !!!

A peine notre match terminé contre les soeurs Williams en demi finale, nous avions 2 jours pour nous préparer  pour la médaille de bronze. Les Biélorusses avaient perdu contre les Hollandaises et nous devions les rencontrer pour conquérir la médaille de bronze. Un match à notre portée mais pas un cadeau non plus. Le soir précédant la rencontre, nous avions demandé à notre chef de délégation, Roger Vanmeerbeek, si nous pouvions avoir la voiture pour la soirée afin de se changer les idées et manger à l’extérieur du village. Comme nous connaissions bien Sydney, j’avais proposé d’aller manger dans un italien que je connaissais puis nous ballader dans les rues de Sydney. Rester au village n’était pas une option car nous risquions de penser à notre match toute la soirée et provoquer trop de stress.

Le jour J était arrivé, notre match était programmé en soirée et avant de monter sur le terrain, nous avions assister dans les vestiaires à la remise des médailles du double messieurs qui se déroulait juste avant notre rencontre. C’est à ce moment précis que je me suis dite que je voulais aussi être sur ce podium et recevoir la médaille. Après plus de 2h de match, la victoire était pour nous et la joie ressentie à ce moment précis était indescriptible!!! Yes, we did it!!!!! La cérémonie n’avait pas lieu au même moment et dès notre retour au village la délégation du COIB nous attendait pour fêter ce moment unique dans ma carrière tennistique.

JO Sydney blog 2

Le jour après, nous avions finalement la cérémonie des médailles et j’étais fière comme un paon en recevant la médaille de bronze sur le podium en compagnie des soeurs Williams et l’équipe hollandaise formée de Miriam Oremans et Kristie Boogert. Malheureusement, nous n’avons pas eu beaucoup l’occasion de fêter notre médaille car 2 jours plus tard nous étions dans l’avion direction Stuttgart pour jouer le prochain tournoi. Car la saison tennistique se terminait début novembre et il n’était pas question de prendre quelques semaines de congé après les JO.

JO Sydney blog 1

JO Sydney blog 3

Ce sentiment de victoire et de fierté, je l’ai souvent revu lors des JO de Rio. Ce sentiment incroyable qui vous envahit et qui vous laisse sans mots pour le décrire. Ces olympiades auront été pour les Belges exceptionnelles avec 6 médailles olympiques, des records personnels battus, de nombreuses 4ème places dont la dernière à 3centièmes de la médaille de bronze. Ce « petit » pays qu’est a Belgique avec une culture loin d’être sportive et surtout avec les moyens limités mis à disposition par notre gouvernement. Nous avons un énorme potentiel sportif qui malheureusement ne peut pas toujours être exploité correctement car notre système est politisé et donc paralyse le développement du sport en Belgique. Le fait d’avoir régionalisé le sport est à mes yeux une erreur et la preuve du hockey en est une qui confirme mon opinion. Le hockey a toujours très bien fonctionné avec une structure nationale car le projet remonte à bien plus longtemps qu’au moment de la scission obligatoire en 2 ligues. Les athlètes ne sont ni flamands, ni wallons mais bien Belges et ils sont fièrs de défendre les couleurs de leur pays et non de leur ligue. Le sport uni, la politique sépare mais les valeurs du sport font en sorte que cette union est mondialement reconnue et c’est ça la beauté du sport.

Corée

J’ai toujours joué pour défendre les couleurs de mon pays. Malheureusement, tout est séparé dans ce pays alors que l’union fait la force. J’ai eu la chair de poule en écoutant l’équipe de hockey chanter a capella l’hymne nationale dans les 2 langues. D’ailleurs les commentaires qui suivirent les jours après étaient unanimes et quel bel exemple pour d’autres équipes: TOUS ENSEMBLES!!!

Team hockey

Bravo à tous les athlètes Belges qui ont gagné une médaille mais aussi à ceux qui se sont dépassés, battus leur record ou le record national. Je suis fière d’être Belge mais surtout fière de faire partie de la famille olympique et celle des médaillés car une médaille c’est pour la vie! A très bientôt à tous

Médaillé olympique, c’est pour la vie

Me revoilà après un long break vacancier, en pleine forme et pleins de sujets à vous faire partager. Mais commençons avec celui qui aura marqué et qui marque encore ma vie: Les Jeux Olympiques!!! Et oui déjà 16 ans se sont écoulés depuis que nous avons avec Els remporté la médaille de bronze à Sydney.

CALLENS MONAMI 4

Une belle histoire qui commença quelques mois plus tôt lors d’une discussion avec Eddy Desmet du comité olympique Belge. Etant dans le TOP 15 mondial en simple, ma qualification était déjà quasi acquise grâce à mes bons résultats et l’idée de faire équipe avec Els Callens me semblait être idéale car nous étions complémentaires. J’ai donc demandé à Els si cela l’intéressait de faire équipe en sachant qu’elle devrait mettre sa carrière en simple au 2eme plan comme nous allions jouer les plus gros tournois lors de la saison 2000 pour se qualifier pour Sydney. Je savais que nous avions une chance de non seulement nous qualifier mais aussi d’être candidates potentielles pour une médaille.

VAN ROOST CALLENS

Mais le plus dur restait à venir: remporter une médaille olympique. Après l’US Open, nous avions encore quelques jours avant d’aller à Sydney et afin de peaufiner notre complémentarité, nous avons fait un mini stage sur la côte ouest des USA. Nous devions encore mieux nous connaitre, fortifier nos liens pour mieux comprendre les émotions de l’autre et surtout arriver à réagir au mieux pour être en totale symbiose lors de nos matchs. Ce stage de 4 jours a été un élément clé lors de la préparation finale avant les JO. Et puis, direction Sydney et le village olympique. Nous ne voulions pas être dans un hotel comme certains le font lors des jeux car nous voulions le vivre de l’intérieur. Nous avions un container « de luxe » comme certains le disaient dans le village car il était plus luxueux que certains autres. Nous passions régulièrement nos soirées à jouer au golf en faisant des concours de putting avec Jean-Michel et Philippe Saive. Ingeborg Marx nous rejoignait aussi pour l’ambiance et nous passions ainsi la plupart de nos soirées décontractées. Nous ne devions pas commencer directement la compétition et cela nous permettait de vivre la cérémonie officielle de l’ouverture des JO. C’était un moment unique et inoubliable au moment où nous avons défilé sur la piste. Mais l’attente pendant 3h au milieu du stade car 130 pays devaient encore défiler après nous, un peu moins. L’attente en valait la peine car le spectacle qui suivait était tout simplement magique!

Nous avions au total 9 jours de compétition en simple et double et c’était un programme chargé. J’avais déjà joué dans le stade olympique en début de saison car le tournoi de Sydney est le tournoi de préparation la semaine avant l’Open d’Australie. je connaissais les lieux et cela était déjà un avantage. Il nous restait à espérer que les dieux étaient avec nous pour un tirage favorable aussi bien en simple qu’en double. A notre plus grande joie, nous ne devions pas jouer les soeurs Williams avant les demi finales mais en simple, je tombais contre Seles en 1/4 de finale et ça n’était pas du tout favorable. Le tournoi se passait bien et nous gagnions nos matches comme prévu. Nous jouions bien avec Els et en simple, je gagnais aussi mes matches assez facilement. Arrivées en 1/4, le match que l’on devait gagner et qui était largement à notre portée, a été un véritable cauchemar. Tendues à cause du stress, nous avons joué un très mauvais match mais finalement au bout de 2h30 nous avons fini par nous imposer. Objectif atteint mais quelle énergie dépensée… Quant à mon simple, je l’ai perdu logiquement face à une adversaire nettement meilleure que moi. Diplôme olympique en simple et une chance de médaille, le scénario que j’avais espéré, se réalisait…

Je vous raconterai la suite de mes aventures olympiques la semaine prochaine. Bons JO à tous!

 

Wimbledon sous la pluie

Wimbledon ne serait pas Wimbledon sans la pluie.Lors de mes 10 participations au tournoi, il n’y a pas eu une année sans pluie. En 1997, tous les records ont été battus : je devais jouer mon premier tour face à Mary Pierce le mardi. Il avait commencé normalement mais, très vite, il avait été interrompu par la pluie et je l’ai finalement terminé le… samedi!!! C’était un véritable cauchemar car chaque jour, notre match était programmé mais à chaque fois, il était ensuite annulé. Nous étions en stand-by, nous nous échauffions 20 min sur les courts intérieurs sur tapis qui se situaient en face du complexe. Le seul avantage que j’avais était le fait que j’avais loué un appartement dans le village à 15 minutes à pieds de Wimbledon. Cela me permettait d’être au calme au lieu de rester dans le player lounge bourré de monde et surtout hyper bruyant.

Wimbledon_pluie
Ce qui est bien à Wimbledon, c’est que vous savez s’il va pleuvoir ou pas assez rapidement. Ils ont en effet un système chiffré de 1 à 4 sur les terrains. Plus le chiffre est élevé, plus les chances de pluies sont grandes. Le 4 signifie « pluie » et veut dire qu’il est grand temps de recouvrir le terrain. Si vous jouez votre match à ce moment-là, vous avez intérêt à vous dépêcher de sortir du terrain sinon, vous vous retrouvez sous la bâche car dans les 2 minutes qui suivent, tout est recouvert! Je pense, non, je suis certaine, que c’est tournoi du Grand Chelem qui donne le plus de retransmissions de matches joués dans le passé. Ce qu’il faut savoir également c’est qu’à Wimbledon, on ne joue pas le dimanche intermédiaire car c’est un jour de repos. Si la pluie a retardé la programmation, ils font parfois jouer les matches de jour-là mais c’est extrêmement rare.

Wimbledon, c’est aussi la tenue blanche de rigueur. J’en avais déjà touché un mot la semaine dernière mais j’aimerais y revenir quelques instants. Même aux entrainements, vous êtes obligés de jouer en blanc. Les entrainements et les échauffements se font sur le site d’Aorangi Park, situé dans le complexe de Wimbledon à l’arrière du court n°1. Vous n’avez pas accès aux terrains de matches à l’exception d’une demi-heure par personne si vous n’êtes pas tête de série et une heure si vous l’êtes. Je ne parle pas d’une demi-heure par jour mais bien dans la totalité du tournoi, ce qui est un peu logique vu le nombre de joueurs mais, aussi et surtout, parce qu’il faut protéger l’herbe fragile avant le début du tournoi. Car après un jour de compétition, les terrains sont déjà abimés. C’est pour cela que j’adore le dimanche précédent le début du tournoi où tout est encore vert…

 

Je souhaite beaucoup de succès aux joueurs et joueuses Belges pour cette édition et à très bientôt!

 

 

 

 

 

 

La saison sur gazon : Quel bonheur!

S’il y a bien une saison que je préfère, c’est celle sur herbe! Toute petite déjà, je jouais dans le jardin et tapais des balles comme si j’étais à Wimbledon. Je me souviens plus des matches de Chris Evert Lloyd à Wimbledon que de ceux à Roland Garros. J’ai toujours trouvé ce tournoi mythique et, dès mon plus jeune âge, je rêvais déjà d’y participer.
La saison sur gazon commence immédiatement après Roland Garros. Certains passent directement de l’un à l’autre mais, la plupart laisse passer une semaine afin de se préparer physiquement. Jouer sur terre et sur gazon, ce n’est en effet pas la même chose et certainement pas en terme de rebond! C’est pour cela que les Espagnols et Sud-Américains n’étaient pas très friands du gazon car le rebond est plus bas et que leur lift est moins percutant… Je dis n’était car, depuis quelques années, le gazon n’est plus le même et les spécialistes de la terre sont moins perdus…
Personnellement, mon jeu est fait pour le gazon puisque je joue à plat. C’est pour cela que j’ai toujours bien joué lors des tournois sur herbe. Une finale à Eastbourne (perdu en finale contre Julie Halard) et 2 huitièmes de finale à Wimbledon (perdu contre Nathalie Tauziat et Arantxa Sanchez). Ce que j’aime aussi, ce sont les fameuses traditions anglaises. La tenue blanche obligatoire, le tea time à 16h et les fraises accompagnées de crème fraîche, sans oublier le fameux Pimm’s comme apéro. C’est le seul tournoi dans l’année où les joueurs sont obligés de revêtir des tenues blanches et je trouve cela très chouette. Ok j’aime bien les couleurs mais cette harmonie de blanc a également son charme.

 

A Wimbledon, tout est structuré. Que ce soit les files pour rentrer dans le stade, pendant les matches et surtout la « fameuse file » pour ceux qui restent dormir la nuit afin d’acheter l’un des derniers tickets mis en revente. Ce qui m’a aussi toujours épatée, ce sont les vestiaires organisés en fonction du classement mondial. De mon temps, il y en avait trois. Vous aviez sur votre badge le n° de votre vestiaire. Mieux vous étiez classé, mieux était votre vestiaire.
A l’époque où j’étais tête de série (16 premières joueuses mondiales contrairement aux 32 d’aujourd’hui), je pouvais rester dans le vestiaire des membres (les ‘Members’). Ce vestiaire était luxueux, cosy, mais surtout vous étiez chouchoutée par les deux dames qui étaient responsables de ce vestiaire.
Vous pouviez choisir après votre match si vous preniez un bain ou une douche. Dans le cas du bain, une des deux dames le faisait couler à votre convenance. Elles vous préparaient le thé à 16h et elles faisaient aussi votre repassage. Un vrai bonheur!!!

 

Durant mes premières participations, je dormais à Londres à l’hôtel mais il fallait environ 1 heure pour arriver à Wimbledon. C’était fort fatigant et c’est la raison pour laquelle j’ai commencé à louer des petits appartements pas trop éloignés du club. Je restais donc à Wimbledon Village qui était fort sympathique mais surtout très proche de Wimbledon.
Il y avait une multitude de petits restos bien agréables dans les environs et la majorité des joueurs restaient dans les alentours.
Le seul bémol venait du fait que je devais le louer pour deux semaines sans avoir la garantie que je resterais aussi longtemps.
Mais les grands joueurs comme Federer, Nadal, Henin ou Clijsters, et bien d’autres, louaient quant à eux des maisons pour les 2 semaines. Leur budget était naturellement différent du mien ;-).
La semaine prochaine, je vous en dirai plus sur Wimbledon.