La fameuse 2ème semaine

 

DOMINIQUE MONAMI

Mon plus beau souvenir en Australie fut celui de ma victoire au 3ème tour de l’Australian Open face à Arantxa Sanchez en 1997. Je venais de remporter le tournoi d’Hobart (WTA) la semaine juste avant et j’arrivais en pleine confiance à Melbourne. Malgré un 2ème tour fort disputé et presque perdu, je me retrouvais au 3 ème tour face à la n°2 mondiale sur le court central. Fortement impressionnée par la grandeur du stade et surtout par mon adversaire, mon premier set fut catastrophique. Et puis au fur et à mesure, j’ai commencé à me libérer pour finalement remporter le 2 ème et après plus de 3h de bataille ferme, le match. J’étais tellement heureuse que je n’y croyais pas, gagner mon match sur le central où 15000 spectateurs s’étaient mis debout et applaudissaient ma victoire, quel souvenir!!! L’Australian open 97′ fut véritablement le début de mon ascension vers le TOP mondial. Cette victoire m’a donné la conviction que j’étais capable de battre les meilleures joueuses mondiales et que je pouvais en faire partie.

 

DOMINIQUE MONAMI

Arriver en 2ème semaine de Grand Chelem, c’est vraiment faire partie du club select des « Last 8 » comme on le dit dans le jargon tennistique. D’ailleurs, chaque joueur qui arrive en 1/4 de finale en simple dans un Grand Chelem ou en 1/2 finale en double fait partie de ce club. Vous avez votre badge à vie dans le tournoi du Grand Chelem où vous y êtes arrivé. malheureusement pour moi, j’ai réussi à me hisser aussi loin dans les 2 tournois les plus éloignés (Melbourne et New York). Mon tournoi se termina en 1/4 de finale face à Mary Joe Fernandez mais j’en garderai un magnifique souvenir. Malgré le fait que j’aie à nouveau joué en 1/4 de finale face à Amélie Mauresmo, 2 ans plus tard, la première fois restera toujours spéciale. L’Australie gardera une place importante dans mon coeur…

 

 

Retour aux sources

Et bien si un jour, on m’avait dit que je travaillerais pour mon premier sponsor, je ne l’aurais pas cru! Car qui aurait pu imaginer qu’une marque mythique belge des années 70 et 80 revienne sur le marché belge et international après plus de 25 ans d’absence? Depuis 1928, Snauwaert a créé des raquettes de tennis et a du, début des années 90, déclarer faillite.

Vitas Gerulaitis, John Mac Enroe, Miloslav Mecir, et bien d’autres encore étaient les figures emblématiques de la marque. C’est bien simple, dans les années 80, quasi tout le monde en Belgique jouait avec soit une Donnay, soit une Snauwaert à quelques exceptions près. Snauwaert était la marque de référence en terme de qualité et d’innovation.J’ai été sponsorisée dès l’âge de 15ans (1er sponsor raquettes et vêtements) et j’étais super fière de pouvoir être soutenue par une marque d’une telle renommée!

Scan000

Quand Xavier Malisse m’a proposé de rejoindre l’équipe Snauwaert et m’a mis en contact avec les responsables, j’étais super excitée à l’idée de pouvoir travailler pour la marque qui m’a soutenue au début de ma carrière. Je suis depuis le 1er janvier responsable de la communication et des relations publiques. Snauwaert revient sur le marché belge et international avec des raquettes et des balles de grande qualité mais dans une version moderne et adaptée, un peu comme la mini ou la fiat 500 version 21ème siècle. D’ailleurs des joueurs comme Mats Wilander, John Mac Enroe ou encore Henri Leconte ont testé les différentes raquettes et l’avis est unanime: TOP!

 

Foto Snauwaert

 

 

Nouvelle année, nouvelle saison

Tout d’abord, je vous souhaite à tous et à toutes une excellente année 2016! Cette période est l’occasion de pouvoir fêter en famille et entre amis cette fin d’année. Mais sur le circuit tennistique, c’est un peu différent car la saison commence déjà le 1er janvier. Beaucoup de joueurs se retrouvent à cette même période dans un avion ou déjà à l’étranger. Je me souviens que très souvent, nous fêtions Noël en famille quelques jours avant la date car je devais partir pour l’Australie ou la Nouvelle Zélande. C’est toujours un peu bizarre de fêter le réveillon de Noël un 21 décembre ou d’aller se coucher le 31 décembre à 22h30. Et oui, ce n’est pas toujours aussi glamour et glitter comme certains pourraient le penser. Les qualifications de différents tournois WTA et ATP débutent ce 1er janvier et dès le matin, donc pas question de faire la fête et encore moins aller dormir tard !

ysa

Pas mal de choses vont changer pour moi cette année et je vous les communiquerai au fur et à mesure.  La 1ère chose est que je vais accompagner Ysaline Bonaventure lors de 6 tournois WTA  grâce au partenariat avec l’AFT. C’est une demande d’Ysaline car elle a besoin d’être accompagnée en tournoi et comme nous travaillons déjà ensemble sur le plan mental, cela me permettra de la voir en compétition pour mieux l’aider. Noelle Van Lottum reste son entraineur et elle l’accompagnera 15 semaines. Et donc,  Je vais me retrouver sur le circuit que j’ai quitté fin 2000 en tant que joueuse.

Scan000

Mais surtout cela me rappelle pas mal de souvenirs vécus et l’un coïncide avec cette semaine. En 2000, J’ai joué la Hopman Cup comme 1er tournoi sur le sol australien. C’est un tournoi exhibition sur invitation où 8 pays sont invités chaque année. Ce tournoi est un peu spécial car il se joue par équipe composée d’un joueur et d’une joueuse.  Nous avons eu l’honneur avec Xavier Malisse d’être la 1ère équipe belge à être invitée pour ce tournoi prestigieux.  La formule est différente que lors de tournois habituels : 2 simples et 1 double mixte se jouent par rencontre . Le tournoi ne compte pas pour les points WTA ou ATP mais ce sont de très bons matches d’entrainement avant l’Open d’Australie. Mais ce que je ne savais pas c’est que Xavier (qui me l’a confié il y a peu de temps) avait peur de moi à l’époque mais depuis ça a fort changé 🙂