Les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas!

Roland Garros est le tournoi le plus médiatisé et, pour les personnalités, c’est « The place to be » pour voir et être vu. J’ai eu l’occasion de m’y rendre lundi dernier et Roland reste, malgré le manque de place, un magnifique tournoi. Mais c’est aussi l’occasion de voir en « live » les joueurs et joueuses que nous admirons tous. Pour ma part, je pense que cela doit être une déformation professionnelle ou juste un truc de fille, j’adore regarder les nouvelles tenues que portent les joueuses et, un peu aussi, les hommes.
Fan de mode, j’ai toujours fait attention, pendant ma carrière, à ce que je portais. Dès lors, j’aime toujours observer les fameuses tenues spéciales pour Roland Garros.
A l’époque, j’étais sponsorisée par Nike et je recevais leur nouvelle collection quatre fois par saison. Pour une femme, ce n’était que du bonheur!!!

Quand vous faites partie du top mondial, vous avez l’exclusivité de porter la tenue spécialement conçue pour vous que vous êtes forcément la seule à porter.
Les grandes marques proposent différents types de tenue pour éviter d’avoir plusieurs joueuses connues qui s’habillent de manière identique. Les collections et le sstyles sont très variés, comme on en a encore eu une preuve cette année.
Je m’arrêterai tout d’abord sur la tenue qui est pour moi la moins réussie (mais c’est juste mon avis) et je pose cette question : quel designer de chez Adidas a eu l’idée de faire des tenues de zèbre… A-t-il été faire un safari dernièrement ? .
Heureusement qu’ils ont d’autres designers qui ont encore du goût car la tenue de Muguruza est, elle, tout simplement magnifique!

Ma marque favorite en termes de vêtements sportifs reste Nike mais, depuis que Serena Williams a son mot à dire sur le design de ses propres vêtements, je suis nettement moins fan. Le petit top et la jupe plissée ne la mettent pas en évidence sauf peut-être ses abdos latéraux. Depuis que je la connais, elle a toujours eu des tenues « spéciales » et elle est la seule à les porter. Ce qui m’a frappée lors de mon passage à Roland Garros, ce sont les joueuses qui se maquillent pour aller sur le court. Il ne me serait jamais venu à l’esprit de faire du tennis maquillée et certainement pas avec du mascara sur les yeux! Je me serais essuyé une fois le visage avec ma serviette et hop la moitié de mon visage aurait été noir, sans parler de la possibilité que le rimel n’ait coulé. Mais bon, je suis peut-être ringarde et les temps changent  🙂

Pour conclure ce post dédié à la mode, j’aimerais terminer par celles qui créent leur propre ligne de vêtements. Venus Williams a sa propre collection depuis déjà un certain temps. Certaines de ses tenues sont assez bien réussies et celle de Roland Garros cette année est jolie. Par contre, je trouve les tenues Fila réalisées par Marion Bartoli sans aucun goût! Je n’ai jamais vu quelque chose d’aussi laid porté sur un court de tennis. Vivement Wimbledon…Mais bon, les goûts et les couleurs, ça ne se discute pas. Je vous quitte car je fête mon anniversaire aujourd’hui avec ma nouvelle tenue version ville !!!

Publicités

Roland Garros, je t’aime, moi non plus

Déjà toute petite, je m’amusais à regarder Roland Garros à la télévision et à rêver d’un jour y jouer. Pour les Belges, Roland reste le Grand Chelem le plus apprécié et le plus suivi médiatiquement. Personnellement, je n’ai jamais aimé jouer à la Porte d’Auteuil. Autant, petite, je rêvais d’y être, autant, plus âgée, il est devenu le tournoi du Grand Chelem que j’appréciais le moins. J’y ai joué à 11 reprises dont une fois en juniors. Lors de mes 11 participations, je n’ai jamais dépassé le stade du 3ème tour.Il faut dire que mon jeu n’était pas du tout adapté à la terre et, chaque année, la préparation sur sur cette surface, constituait un véritable chemin de croix. Même si j’ai remporté un tournoi sur terre « verte » à Cardiff et joué une finale à Madrid, mes résultats sur terre n’ont jamais été spectaculaires.

RG 1992

Des quatre grands rendez-vous, mon préféré est de loin l’Open d’Australie. Les personnes qui viennent voir le tournoi sont de vrais amateurs de sport et ils encouragent correctement les joueurs. L’ambiance y est décontractée et ce, malgré la pression générée par un Grand Chelem. Par contre, c’est tout l’inverse à Paris. Le stade y est beaucoup trop petit, les gradins sont supers remplis, il y a peu de place pour circuler et le public français n’est pas toujours très fairplay. La pression est omniprésente car, en tant que Belge, on a envie de bien jouer devant son public. 🙂 Sur les courts annexes, les tribunes sont monopolisées par les Belges dès qu’un compatriote y est programmé. Mes amis qui venaient me voir étaient obligés d’aller suivre le match précédent le mien pour avoir une place. Roland Garros reste le tournoi où beaucoup de monde se rend juste pour le prestige, suivant en cela l’adage : « vu et être vu ». Cette catégorie de spectateur est la moins sportive et ne comprend pas toujours les règles à suivre. Mais il n’y a pas que des mauvaises choses à Roland Garros. Le concours serviette officielle est assez sympa. Les serviettes sont très populaires dans les vestiaires car elles sont belles, c’est un chouette souvenir et, généralement, après 3 jours, le stock dans les vestiaires est épuisé! Tout simplement parce que chaque joueur ou joueuse omet de rendre « par erreur » sa serviette, soit après son match, soit après sa douche. Ces serviettes font la joie de la famille et amis. J’en ai toujours à la maison du temps où je jouais et quand je me rends à Roland, j’en rapporte toujours une par nostalgie…

Dans un tournoi du Grand Chelem, il y a aussi la différence entre les têtes de série et les autres joueurs du tableau. Avant, il n’y avait que 16 têtes de série, maintenant ils sont passés à 32 et le statut « tête de série » vous octroie certaines facilités.
Vous avez ainsi la possibilité de vous entrainer à 2 sur un terrain au lieu d’être à 4. Vous vous entraînez aussi à Roland au lieu d’aller dans les clubs avoisinants. Vous recevez à chaque fois des nouvelles balles et vous ne devez pas prendre la navette pour rentrer à l’hôtel mais bien la voiture officielle. Et je ne vous parle pas des cadeaux offerts par le tournoi. Chaque Grand Chelem à sa spécificité: L’Open d’Australie à Melbourne et snon atmosphère décontractée, Roland Garos et le prestige de Paris, Wimbledon et ses fraises à la crème fraîche, l’US Open et son côté rock&roll. Le point commun entre les quatre levées du Grand Chelem, c’est le shopping. Les boutiques sont remplies de souvenirs et repartir sans avoir acheté quelque chose est rarissime. A Paris, les boutiques sont vraiment très chouettes. Les joueurs des tableaux finals en simple et double peuvent bénéficier de réductions. Donc, si vous en voyez un, c’est le bon moment pour lui demander! 😉

Serviette RG

Je retourne cette année à Roland le lundi 23 mai pour suivre les exploits des Belges. Peut-être nous croiserons-nous?

 

« Bons plans pour être en forme »

 

Cette semaine, j’aimerais vous proposer quelques conseils pratiques pour rester en forme lors des compétitions. Pour certains, les interclubs peuvent être éprouvants car ils doivent combiner le simple et le double le même jour.
Voici quelques pistes qui peuvent vous aider à rester au top de votre forme:
1. Le sommeil est le plus important si vous voulez rester en forme toute la journée. Un minimum d’heures de sommeil est nécessaire afin de faire le plein d’énergie. Tous les joueurs professionnels que je connais, moi y compris, sont de véritables marmottes. Quand je jouais sur le circuit, je dormais facilement 9 à 10h par jour afin de récupérer au maximum. Et je ne suis pas une exception ! Il est vrai que le sommeil est le seul moyen de récupérer 100% de notre énergie. Quand je parle d’énergie, il s’agit du mental (concentration, stratégie, focus, logique), de l’émotionnel (rester calme et garder son sang-froid) et du physique (force, explosivité, crampe). Si vous passez une mauvaise nuit de sommeil, vous le sentirez directement le lendemain. A vous de voir le nombre d’heures dont vous avez besoin pour être en forme…

2. La nutrition est également un élément qui est très souvent sous-estimé. Le petit déjeuner reste le repas le plus important de la journée. Si vous jouez le matin et que vous ne prenez pas de petit déjeuner (ou s’il est trop léger), vous le sentirez très rapidement. Les symptômes sont: un besoin urgent de sucre, la tête qui tourne, difficulté de se concentrer, les jambes qui ne suivent pas ou même la sensation de ne plus avoir d’énergie. L’idéal est de prendre son petit déjeuner +/- 1h30 à 2h avant votre match s’il est programmé le matin. Si vous jouez l’après-midi, c’est le repas du midi qui va influencer votre énergie. Le joueur de tennis a surtout besoin de sucres lents pour garder de l’énergie pendant un bon moment. Les pâtes « al denté » sont conseillées dans le milieu mais là où la plupart des personnes commettent une erreur, c’est l’accompagnement. Le fameux spaghetti « bolo » est le piège classique. Les pâtes oui, mais la bolognaise non car elle vous obligera à utiliser beaucoup d’énergie afin de la digérer. Idéalement, il faut accompagner les pâtes avec un apport en protéines comme de la volaille qui se digère facilement. Des collations pendant le matches sont aussi nécessaires pour éviter les pertes de concentration. Fruits secs (abricot, dates), bananes mûres (sucre rapides), dextro energy qui peuvent être consommées en petites quantités tout au long du match. Et n’oubliez pas de vous hydrater!!! N’attendez pas d’avoir soif car il sera trop tard. 1% de déshydratation et vous perdez déjà 10% de votre capital concentration. Au moment où vous ressentirez la soif, vous aurez perdu 30 % de votre capital…. A vos bouteilles, donc !

3. Le dernier point sur lequel j’aimerais attirer votre attention est l’échauffement. Certains s’échauffent uniquement en tapant la balle durant les 5′ prévues avant le match, d’autres tapent la balle 30 ‘ avant parfois même 45′. Personnellement, j’aimais bien m’échauffer au min 30′ avant mon match. Je faisais également quelques exercices physiques comme 3-4 tours de terrain, des exercices de mobilisation et de stabilisation. Mais ce que je préférais, c’était « sauter à la corde ». C’est idéal pour le petit jeu de jambe, la mobilité et l’échauffement de tout le corps. Le plus important est d’arriver prêt pour le match afin d’éviter de perdre les 3 premiers jeux comme vous n’êtes pas échauffé. L’échauffement vous permet aussi, et surtout d’éviter les blessures.

J’ai appris une chose grâce à mon corps : quand il est fort, il va toujours écouter mais quand il est faible, c’est lui qui va toujours décider!
A vous de jouer, la balle est de votre côté !!