Yes we did it !!!

A peine notre match terminé contre les soeurs Williams en demi finale, nous avions 2 jours pour nous préparer  pour la médaille de bronze. Les Biélorusses avaient perdu contre les Hollandaises et nous devions les rencontrer pour conquérir la médaille de bronze. Un match à notre portée mais pas un cadeau non plus. Le soir précédant la rencontre, nous avions demandé à notre chef de délégation, Roger Vanmeerbeek, si nous pouvions avoir la voiture pour la soirée afin de se changer les idées et manger à l’extérieur du village. Comme nous connaissions bien Sydney, j’avais proposé d’aller manger dans un italien que je connaissais puis nous ballader dans les rues de Sydney. Rester au village n’était pas une option car nous risquions de penser à notre match toute la soirée et provoquer trop de stress.

Le jour J était arrivé, notre match était programmé en soirée et avant de monter sur le terrain, nous avions assister dans les vestiaires à la remise des médailles du double messieurs qui se déroulait juste avant notre rencontre. C’est à ce moment précis que je me suis dite que je voulais aussi être sur ce podium et recevoir la médaille. Après plus de 2h de match, la victoire était pour nous et la joie ressentie à ce moment précis était indescriptible!!! Yes, we did it!!!!! La cérémonie n’avait pas lieu au même moment et dès notre retour au village la délégation du COIB nous attendait pour fêter ce moment unique dans ma carrière tennistique.

JO Sydney blog 2

Le jour après, nous avions finalement la cérémonie des médailles et j’étais fière comme un paon en recevant la médaille de bronze sur le podium en compagnie des soeurs Williams et l’équipe hollandaise formée de Miriam Oremans et Kristie Boogert. Malheureusement, nous n’avons pas eu beaucoup l’occasion de fêter notre médaille car 2 jours plus tard nous étions dans l’avion direction Stuttgart pour jouer le prochain tournoi. Car la saison tennistique se terminait début novembre et il n’était pas question de prendre quelques semaines de congé après les JO.

JO Sydney blog 1

JO Sydney blog 3

Ce sentiment de victoire et de fierté, je l’ai souvent revu lors des JO de Rio. Ce sentiment incroyable qui vous envahit et qui vous laisse sans mots pour le décrire. Ces olympiades auront été pour les Belges exceptionnelles avec 6 médailles olympiques, des records personnels battus, de nombreuses 4ème places dont la dernière à 3centièmes de la médaille de bronze. Ce « petit » pays qu’est a Belgique avec une culture loin d’être sportive et surtout avec les moyens limités mis à disposition par notre gouvernement. Nous avons un énorme potentiel sportif qui malheureusement ne peut pas toujours être exploité correctement car notre système est politisé et donc paralyse le développement du sport en Belgique. Le fait d’avoir régionalisé le sport est à mes yeux une erreur et la preuve du hockey en est une qui confirme mon opinion. Le hockey a toujours très bien fonctionné avec une structure nationale car le projet remonte à bien plus longtemps qu’au moment de la scission obligatoire en 2 ligues. Les athlètes ne sont ni flamands, ni wallons mais bien Belges et ils sont fièrs de défendre les couleurs de leur pays et non de leur ligue. Le sport uni, la politique sépare mais les valeurs du sport font en sorte que cette union est mondialement reconnue et c’est ça la beauté du sport.

Corée

J’ai toujours joué pour défendre les couleurs de mon pays. Malheureusement, tout est séparé dans ce pays alors que l’union fait la force. J’ai eu la chair de poule en écoutant l’équipe de hockey chanter a capella l’hymne nationale dans les 2 langues. D’ailleurs les commentaires qui suivirent les jours après étaient unanimes et quel bel exemple pour d’autres équipes: TOUS ENSEMBLES!!!

Team hockey

Bravo à tous les athlètes Belges qui ont gagné une médaille mais aussi à ceux qui se sont dépassés, battus leur record ou le record national. Je suis fière d’être Belge mais surtout fière de faire partie de la famille olympique et celle des médaillés car une médaille c’est pour la vie! A très bientôt à tous

Médaillé olympique, c’est pour la vie

Me revoilà après un long break vacancier, en pleine forme et pleins de sujets à vous faire partager. Mais commençons avec celui qui aura marqué et qui marque encore ma vie: Les Jeux Olympiques!!! Et oui déjà 16 ans se sont écoulés depuis que nous avons avec Els remporté la médaille de bronze à Sydney.

CALLENS MONAMI 4

Une belle histoire qui commença quelques mois plus tôt lors d’une discussion avec Eddy Desmet du comité olympique Belge. Etant dans le TOP 15 mondial en simple, ma qualification était déjà quasi acquise grâce à mes bons résultats et l’idée de faire équipe avec Els Callens me semblait être idéale car nous étions complémentaires. J’ai donc demandé à Els si cela l’intéressait de faire équipe en sachant qu’elle devrait mettre sa carrière en simple au 2eme plan comme nous allions jouer les plus gros tournois lors de la saison 2000 pour se qualifier pour Sydney. Je savais que nous avions une chance de non seulement nous qualifier mais aussi d’être candidates potentielles pour une médaille.

VAN ROOST CALLENS

Mais le plus dur restait à venir: remporter une médaille olympique. Après l’US Open, nous avions encore quelques jours avant d’aller à Sydney et afin de peaufiner notre complémentarité, nous avons fait un mini stage sur la côte ouest des USA. Nous devions encore mieux nous connaitre, fortifier nos liens pour mieux comprendre les émotions de l’autre et surtout arriver à réagir au mieux pour être en totale symbiose lors de nos matchs. Ce stage de 4 jours a été un élément clé lors de la préparation finale avant les JO. Et puis, direction Sydney et le village olympique. Nous ne voulions pas être dans un hotel comme certains le font lors des jeux car nous voulions le vivre de l’intérieur. Nous avions un container « de luxe » comme certains le disaient dans le village car il était plus luxueux que certains autres. Nous passions régulièrement nos soirées à jouer au golf en faisant des concours de putting avec Jean-Michel et Philippe Saive. Ingeborg Marx nous rejoignait aussi pour l’ambiance et nous passions ainsi la plupart de nos soirées décontractées. Nous ne devions pas commencer directement la compétition et cela nous permettait de vivre la cérémonie officielle de l’ouverture des JO. C’était un moment unique et inoubliable au moment où nous avons défilé sur la piste. Mais l’attente pendant 3h au milieu du stade car 130 pays devaient encore défiler après nous, un peu moins. L’attente en valait la peine car le spectacle qui suivait était tout simplement magique!

Nous avions au total 9 jours de compétition en simple et double et c’était un programme chargé. J’avais déjà joué dans le stade olympique en début de saison car le tournoi de Sydney est le tournoi de préparation la semaine avant l’Open d’Australie. je connaissais les lieux et cela était déjà un avantage. Il nous restait à espérer que les dieux étaient avec nous pour un tirage favorable aussi bien en simple qu’en double. A notre plus grande joie, nous ne devions pas jouer les soeurs Williams avant les demi finales mais en simple, je tombais contre Seles en 1/4 de finale et ça n’était pas du tout favorable. Le tournoi se passait bien et nous gagnions nos matches comme prévu. Nous jouions bien avec Els et en simple, je gagnais aussi mes matches assez facilement. Arrivées en 1/4, le match que l’on devait gagner et qui était largement à notre portée, a été un véritable cauchemar. Tendues à cause du stress, nous avons joué un très mauvais match mais finalement au bout de 2h30 nous avons fini par nous imposer. Objectif atteint mais quelle énergie dépensée… Quant à mon simple, je l’ai perdu logiquement face à une adversaire nettement meilleure que moi. Diplôme olympique en simple et une chance de médaille, le scénario que j’avais espéré, se réalisait…

Je vous raconterai la suite de mes aventures olympiques la semaine prochaine. Bons JO à tous!